Auteur Alexander Pfister
Illustrateurs Klemens Franz
Langue FR

.button-62bc76d7c8f1a { margin-bottom: 15px; margin-top: 0px; min-width: 0px !important; } .button-62bc76d7c8f1a { background-color:#a5001f; } .button-62bc76d7c8f1a:hover { background-color:#99001d; } .button-62bc76d7c8f1a.three-dimension { box-shadow: 0px 3px 0px 0px #840019; } .button-62bc76d7c8f1a.three-dimension:active { box-shadow: 0px 1px 0px 0px #840019; }

Présentation du jeu, règles et avis

Parties

Ressources

Les règles au format PDF

Liens

Fiche Tric Trac

Fiche BGG

SLEEVES

165 cartes au format 68×44

BOONLAKE

picto-time  40 min/joueur 14+ 1 à 4 joueurs

Boonlake en résumé...

Vous avez quitté toute forme de civilisation. Accompagné d’un groupe de pionniers, vous vous êtes installé à Boonlake, une région abandonnée au bord du lac du même nom. Cette terre n’a pas encore été explorée, mais semble avoir déjà été habitée par des humains dans le passé. Cet endroit vous attire ! Prenez part à cette nouvelle communauté et engagez vous pour le bien commun. Explorez les environs, construisez des maisons et des villages, élevez des bovins, produisez des matières premières et développez une infrastructure. Automatisez les processus, saisissez votre chance et tirez le meilleur parti de votre nouvelle vie… dans Boonlake.

Dans ce jeu expert d’Alexander Pfister, votre but est d’améliorer votre vie et celle de votre groupe. A vous de décider comment vous souhaitez procéder. Grâce à une mécanique innovante portant sur les Actions, chaque partie se déroule différemment. Allez-vous vous concentrer sur l’expansion, contribuer à la création d’une infrastructure ou suivre vos propres objectifs ? Chaque Action doit être mûrement réfléchie : non seulement les autres joueurs peuvent en bénéficier, mais elle détermine également la distance que votre Navire peut parcourir. Plus vous avancez vite et loin, mieux c’est . En effet, seuls les marins les plus futés obtiennent de bonnes récompenses.

Boonlake en détail...

Comment se passer d’un jeu d’Alexander Pfister et avoir le plaisir de gérer ses cartes de main de maître dans tous les univers qu’il a créé ? Impossible !

Boonlake prend place dans un monde particulier. Elle a bien eu lieu cette apocalypse ! On ne sait pas si cela est dû à une guerre mondiale ou un virus, mais finalement ce pourrait être tellement vrai !

Les décennies ont passé et tout est à reconstruire. En quelque sorte, on recolonise la terre où se dressent encore quelques vestiges industriels qui nous apporteront les ressources pour s’installer, bâtir des maisons et créer des villages. Mais aussi pour relancer l’élevage.

Chaque joueur joue le rôle de colons qui viendront s’installer dans les régions du Boonlake et avoisinantes pour rebâtir une société. À vous d’être le meilleur d’entre tous.

Chaque joueur démarre la partie avec une main de cartes « projets » illustrant ce qu’il applique lors de sa colonisation. Ces cartes donneront bien entendu des points de victoire, mais aussi toutes sortes de bonus pour le déroulement de la partie.

Il sera alors possible d’avoir des gains immédiats, des avantages permanents pour la partie ou des cartes permettant d’apporter des points supplémentaires en fin de partie selon des conditions.

Les joueurs jouent chacun leur tour en choisissant une action parmi les 7 disponibles puis la réalisent.

Tous les joueurs, y compris celui qui a choisi la tuile action, pourront alors appliquer également une action « secondaire », le plus souvent en rapport avec la principale. Ainsi, non seulement Boonlake n’offre pas de temps d’attente, mais demande de bien choisir sa propre action pour éviter de donner trop d’avantages aux adversaires.

Une mécanique qui donne de la dynamique et de l’interaction !

Les actions sont variées. Mais quasiment toutes permettent de poser une carte devant soi pour en appliquer les effets.

Bien entendu, cela n’est pas gratuit et il faudra être en possession des ressources pour payer ces cartes. Parfois, il faudra de l’argent, mais aussi des matières premières.

C’est là aussi qu’intervient une nouvelle fois l’ingéniosité d’Alexander Pfister qui a imaginé que ces ressources transitaient par les fleuves qui relient les différentes régions.

Pour mettre cela en place, chaque joueur dispose, sur son plateau individuel, d’une petite « rivière » où  peuvent circuler deux canoës. Si l’un d’eux se trouve sous une ressource (bois, argile, pierre, fer), il la rend disponible pour l’achat.

En plus de ses canoës, il sera possible de fournir des ressources en découvrant des lieux de production depuis le plateau principal et permettant de poser de petites tuiles les symbolisant le long de sa rivière personnelle. Désormais les ressources générées par ces tuiles sont permanentes.

Comble de tout, les canoës pourront à chaque tour se déplacer librement pour se placer sous les ressources nécessaires, mais si le déplacement sera gratuit en aval, il sera payant en amont ! Et oui, il faut payer pour remonter le courant !

Ces lieux de production seront alors aussi l’une des plus grandes convoitises visées par les joueurs, afin de réduire les déplacements de leurs canoës et avoir accès à des cartes coûteuses.

Après l’éventuelle acquisition de carte. les actions permettront toutes sortes de possibilités pour installer votre colonie dans les différentes régions de Boonlake.

Il sera possible, parmi elles, de réaliser des explorations. Ceci permet de poser de nouvelles tuiles de territoires pour, plus tard, y envoyer des colons, y installer des constructions ou de l’élevage. Elles permettent aussi de d’obtenir toutes sortes de ressources sur le territoire découvert et en particulier la découverte de lieux de production, mais aussi de l’argent, des colons, etc.

Une autre action permettra de coloniser les territoires en y installant des colons. Chaque personnage posé pourra profiter également d’un bonus visible sur la tuile.

Mais attention, il s’agit de s’installer judicieusement car il faut à la fois mesurer le fait de se rassembler, ce qui donnera des avantages, mais aussi être présent un peu partout dans toutes les régions pour profiter d’autres bonus.

Dans Boonlake, le choix de ses territoires a une grande importance.

D’autres actions permettront de s’installer en construisant des maisons où se trouvaient vos pions colons puis des villages  en remplaçant les maisons.

Bien entendu, cela demande des conditions et des coûts précis !

On pourra également implanter de l’élevage sur les tuiles de pâturages. Les bovins installés seront d’autant plus efficaces s’ils se trouvent à proximité des villages !

La colonisation sera très importante car chaque bâtiment construit permettra peu à peu de vider votre plateau personnel pour vous apporter de l’argent et des points de victoire à chaque phase de revenus lors des décomptes entre les manches.

Plus vous construisez, meilleur vous serez !

A chaque action réalisée, votre navire devra se déplacer plus ou moins vite sur les fleuves.

Ceci représentera le temps qui passe pour faire progresser la partie, mais sera là aussi un moyen d’obtenir les bonus indiqués sur les cases du fleuve.

De plus ce sera également le moyen de déclencher des décomptes lors de la partie en franchissant des écluses. Ces décomptes donneront des revenus et des cartes en fonction de la position de vos curseurs de revenus et des éléments construits depuis votre plateau individuel.

Boonlake ajoute d’autres petites mécaniques comme la possibilité d’acquérir des « leviers », qui permettront, à chaque manche, de déclencher toutes sortes de bonus pour vos actions, mais aussi des points supplémentaires en fin de partie.

Vous pourrez également participer à de grands projets, peu nombreux et coûteux, mais source d’un grand nombre de points.

Au bout de 4 manches, vous allez alors accumuler les derniers points grâce à des cartes dont les effets se déclenchent en fin de partie, ainsi que des points obtenus si vous avez commencé à construire les bâtiments de la troisième et quatrième ligne de votre plateau individuel et d’autres bonus encore.

C’est le moment du grand décompte final !

Boonlake ne déroge pas au style de jeu créé par Alexander Pfister, c’est à dire la gestion de main de cartes.

Boonlake allie subtilement cette gestion de cartes avec la prise et l’occupation de territoires au travers d’une colonisation sur le plateau central et immerge complétement les joueurs dans cet univers dont le thème peut sembler étrange.

Les mécaniques et les éléments se lient les uns aux autres dans un enchainement logique, progressif et stratégique qui offre plusieurs axes de développement.

Les flux ne sont pas spécialement tendus, mais il manquera parfois le petit « quelque chose » pour réaliser les actions. Toutefois, peu à peu vous allez gagner en puissance et plus la partie va avancer, plus vous serez capable de réaliser des choses qui vous semblaient inaccessibles au départ.

Si les actions sont très interactives, le plateau central est un monde ouvert où il faudra s’y installer judicieusement sans trainer pour éviter de laisser les adversaires se placer trop facilement à leur avantage. Au coeur du jeu, sur le plateau central, l’interaction sera donc également très présente.

Ces deux aspects et les facettes multiples pour obtenir des points font, comme la plupart des jeux d’Alexander Pfister, toute la saveur de Boonlake avec de nombreuses possibilités !

Contactez-nous

Besoin d'une info ou d'un conseil, Super Meeple est là !